Réaction au discours sur l’État de l’Union

Les Jeunes Européens - France reviennent sur le traditionnel discours sur l’État de l’Union et félicitent les ambitions affichées pour la prochaine année. Néanmoins nous appelons à une considération plus importante de la jeunesse dans le fonctionnement démocratique de l’Union Européenne.

Le 15 septembre 2022, Ursula Von der Leyen, Présidente de la Commission européenne, a tenu pour la troisième année consécutive devant le Parlement européen son discours sur l’État de l’Union, volet important de la vie démocratique et législative en Europe.

Malgré une amélioration au regard des années précédentes, une fois de plus, les Jeunes Européens - France regrettent l’insuffisante couverture médiatique consacrée à cette intervention qui présente les priorités politiques de l’Union pour la prochaine année, et qui concerne près de 450 millions de citoyennes et citoyens.

Les Jeunes Européens - France rappellent l’importance du rôle de l’Union européenne dans la résolution des différentes crises que nous avons traversées. Ainsi, nous saluons le constat fait par la Présidente des changements et des évolutions nécessaires afin de répondre aux défis de notre temps et ceux à venir.

Les Jeunes Européens - France tiennent à soutenir plus particulièrement les différentes initiatives issues de la Conférence sur l’avenir de l’Europe (CoFoE), mais regrettent que davantage de propositions n’aient pas été adoptées pour donner un nouvel élan démocratique à l’Union.
En particulier, la reprise des éléments suivants est importante à souligner :

  • La révision de la directive-cadre relative aux déchets dont l’objectif est de limiter leur impact sur l’environnement.
  • La révision de la législation de l’UE en matière de bien-être animal.
  • La proposition législative relative à un deuxième ensemble de nouvelles ressources propres.
  • Le développement d’une approche globale de la santé mentale.
  • La stratégie spatiale de l’UE pour la sécurité et la défense.

Concernant l’ouverture d’une nouvelle convention pour modifier les traités, les Jeunes Européens - France appuient la volonté d’inscrire dans ces textes la nécessité d’une plus grande prise en compte de l’impact des actions d’aujourd’hui sur la jeunesse de demain. La lutte contre le changement climatique doit en effet être une action prioritaire de l’Union européenne, nous saluons donc toute démarche allant dans ce sens.

Les Jeunes Européens - France, attachés à l’accès au savoir et à la formation quel que soit l’âge, le genre, l’appartenance de classe ou la nationalité, accueillent favorablement le projet d’une année européenne des talents, des qualifictions et de la formation continue en 2023.

Pour défendre la démocratie dans l’Union, la Présidente a rappelé de manière forte que : “Nous ne laisserons aucun cheval de Troie lancé par une autocratie attaquer nos démocraties de l’intérieur”. Ainsi, les Jeunes Européens - France rappellent la nécessité de mettre fin à la règle de l’unanimité, qui conduit à des situations de blocage, particulièrement sur les sujets relatifs à l’État de droit.

Les Jeunes Européens - France regrettent néanmoins que la Présidente Von der Leyen n’ait pas ou très peu mentionné les différentes préoccupations suivantes. Ils appellent à la vigilance sur ces sujets, qui devront aussi être abordés lors des prochains mois :

  • Même si reprise en partie dans le programme des législations à venir, les Jeunes Européens - France appellent à une reprise exhaustive des propositions de la Conférence sur l’avenir de l’Europe.
  • Dans un contexte sécuritaire marqué par la résurgence de menaces, les Jeunes Européens - France appellent à la formation d’une véritable politique de défense sur la base d’une autonomie stratégique.

Les Jeunes Européens - France se félicitent de l’ouverture d’une nouvelle convention pour modifier les traités et des propositions ambitieuses pour le projet européen. Nous resterons néanmoins vigilants sur la réalisation effective des projets mentionnés. Nous appelons également à ce que les décideurs politiques, et notamment le Conseil européen, prennent pleinement part à ces travaux.

Les Jeunes Européens - France s’associent également à la position exprimée par les Jeunes Européens Fédéralistes (JEF - Europe).

Pour plus d’informations

Antoine Chabal
Président des Jeunes Européens - France
antoine.chabal@jeunes-europeens.org

Marius Burin
Chargé du plaidoyer
communication@jeunes-europeens.org