Auditions des Commissaires européens

Auditions des Commissaires européens : un rappel du caractère démocratique de l’Union européenne (et des progrès qu’il reste à faire)

Depuis 2 semaines, les 26 commissaires désignés par Ursula Von Der Leyen passent tour-à-tour devant les différentes commissions du Parlement européen, afin de vérifier leur probité et leur capacité à exercer les fonctions qu’ils auront à assumer.

La validation après audition de ces commissaires (désignés par les États membres) par le Parlement européen — la seule institution européenne directement élue par les citoyens — est un rappel du caractère fondamentalement démocratique de l’UE par le pouvoir de contrôle du Parlement européen sur la constitution de l’exécutif européen.

Celui-ci en a d’ailleurs fait usage : deux commissaires désignés ont vu leur candidature invalidée par le Parlement européen en raison de soupçons de conflit d’intérêt : la sociale-démocrate roumaine Rovana Plumb (S&D) et le Hongrois Laszlo Trocsanyi (PPE).

On peut malheureusement déplorer le faible intérêt médiatique de ces auditions, notamment en France, surtout au vue du pouvoir que possèdent les Commissaires européens sur un territoire de 513 millions d’habitants.

Aussi, l’Union européenne est souvent dépeinte comme non démocratique, pourtant, qui imaginerait un tel processus de contrôle de la formation d’un gouvernement par le Parlement en France ?

Néanmoins, du chemin reste à parcourir pour atteindre une véritable démocratie européenne.

Pour commencer, il n’y a pas encore de véritable chef d’exécutif européen, qui pourrait être désigné par les députés européens. Ceci permettrait aux citoyens de mieux identifier la fonction exécutive et renforcerait le caractère démocratique de l’Union. Les Jeunes Européens France regrettent à ce titre la nomination d’Ursula Von Der Leyen par les Etats-membres en dehors du système de Spitzenkandidaten, malgré les réclamations de l’ensemble des partis politiques européens.

Ensuite, la Commission européenne n’est pas encore un véritable gouvernement européen. Ce dernier ne suivrait plus le principe “ un Commissaire par État membre” — principe qui rend les choses inutilement compliquées — et serait directement responsable devant le Parlement européen.

Enfin, les Jeunes Européens - France défendent l’idée de remplacer le Conseil de l’Union européenne par un Sénat européen. Celui-ci serait composé de parlementaires nationaux, garants des intérêts de leur État membre. Avec le Parlement européen, ils formeraient le Congrès européen.

Les Jeunes Européens - France se félicitent que le Parlement Européen se soit affirmé comme institution participant activement à l’équilibre des pouvoirs. Les Jeunes Européens continueront de militer pour que des réformes ambitieuses soient conduites afin de poursuivre la construction d’une Union européenne toujours plus démocratique et proche de ses citoyens.

PDF - 356.8 ko
CP - Auditions des Commissaires européens

Pour plus d’informations, vous pouvez contacter :

Marie Caillaud, Présidente des Jeunes Européens – France
presidence@jeunes-europeens.org

Antoine Schibler, Responsable de la communication politique
communication@jeunes-europeens.org

Les Jeunes Européens – France
www.jeunes-europeens.org