Discours sur l’état de l’Union

Le 16 septembre 2020, Ursula Von der Leyen, présidente de la Commission européenne, s’est exprimée devant le Parlement européen pour son discours annuel sur l’état de l’Union.

Le 16 septembre 2020, Ursula Von der Leyen, présidente de la Commission européenne, s’est exprimée devant le Parlement européen pour son discours annuel sur l’état de l’Union, moment essentiel dans la vie démocratique européenne.

Les Jeunes Européens - France s’inquiètent du traitement médiatique très faible réservé à cette intervention et regrettent profondément le manque de communication à l’égard du discours de la présidente de la Commission européenne. Aucune chaîne d’information n’a effectué de retransmission en direct. Cela contribue à renforcer l’éloignement des citoyens des enjeux européens, alors que 55% des français se sentent mal informés sur le sujet.

Pourtant, les citoyens attendent une réponse forte de l’Union européenne face aux défis économiques, écologiques ou politiques. Les Jeunes Européennes - France saluent en ce sens l’ambition portée par le discours, notamment sur la notion centrale de solidarité entre les États
Les Jeunes Européens - France tiennent à soutenir plus particulièrement différentes initiatives mises en avant lors de ce discours et qui pour certaines sont défendues de longue date par notre association :

  • Le renforcement d’une Europe de la santé. La situation sanitaire que nous traversons montre la nécessité accrue d’une coopération renforcée dans le domaine de la santé.
  • L’achèvement du marché unique et de ses quatre libertés. Les Jeunes Européens rappellent qu’elles ne doivent pas être bafouées par des volontés nationales.
  • L’objectif d’une réduction des émissions de gaz à effet de serre de 55% d’ici à 2030. Cette annonce significative doit amener les différents décideurs politiques à renforcer la mise en place du pacte vert européen que nous défendons.
  • L’abolition du règlement de Dublin III et la création d’un pacte migratoire européen. Le drame que subit actuellement le camp de Moria montre encore une fois l’inefficacité de la politique migratoire portée par les États-membres sous le régime de Dublin III. Les Jeunes Européens demandent notamment la création d’une Agence Européenne d’Asile sous l’autorité de la Commission européenne ainsi qu’une meilleure intégration des réfugiés sur le territoire européen.
  • La protection des minorités. Les Jeunes Européens - France saluent l’initiative de la création d’une figure chargée de la lutte contre le racisme et appellent la Commission à renforcer la protection des droits LGBTQ+.
  • Création d’un “European Magnitsky Act”. L’Union européenne doit se doter d’un mécanisme rapide et efficace pour adopter des sanctions à l’égard d’individus étrangers ou de pays lorsqu’une violation des droits humains est avérée. Les Jeunes Européens soutiennent le passage du vote de l’unanimité à la majorité qualifiée pour faire rayonner l’Union européenne en tant qu’acteur majeur à l’international.
  • La création d’un cadre pour un salaire minimum commun. Les Jeunes Européens - France soutiennent la création d’un salaire minimum applicable à tous les États.

Les Jeunes Européens - France regrettent néanmoins que la présidente Von der Leyen n’ait pas ou très peu mentionné les différentes préoccupations suivantes. Ils appellent à la vigilance sur ces sujets qui devront aussi être abordés lors des prochains mois :

  • La baisse du budget initial pour Erasmus +. Les Jeunes Européens - France regrettent que la Présidente de la Commission européenne n’ait pas mentionné la baisse du budget Erasmus +, amputé à hauteur de 3 milliards d’euros. Ce programme phare de l’Union européenne doit en effet être renforcé pour profiter au plus grand nombre.
  • La conférence sur le futur de l’Europe. Cette initiative annoncée fin 2019 peine à se lancer. Les Jeunes Européens - France regrettent que cette conférence soit continuellement repoussée et demande dès à présent à la Commission et au Conseil des annonces fortes sur la tenue de cette assemblée citoyenne.

Les Jeunes Européens - France se félicitent donc de ce discours ambitieux pour le projet européen. Ils resteront néanmoins vigilants sur la réalisation effective des projets mentionnés. Ils veilleront également à ce que les décideurs politiques, et notamment le Conseil européen prennent pleinement part à ces travaux.

Les Jeunes Européens - France s’associent à la position exprimé par les Jeunes Européens Fédéralistes (JEF Europe).

PDF - 153.5 ko
CP SOTEU

Pour plus d’informations, vous pouvez contacter :

Marie Caillaud, Présidente des Jeunes Européens – France
presidence@jeunes-europeens.org

Florian Laur, Chargé de la réflexion politique
communication@jeunes-europeens.org

« Les Jeunes Européens - France s’inquiètent du traitement médiatique très faible réservé à cette intervention et regrettent profondément le manque de communication à l’égard du discours de la présidente de la Commission européenne.  »