Les Jeunes Européens France
Accueil > Groupes locaux > Sciences-Po Paris

Sciences-Po Paris

Dernier ajout – dimanche 24 février 2013.

Les Jeunes Européens de Sciences Po Paris sont une section dynamique du réseau national intégré au campus de Sciences Po Paris.

Grâce à nos adhérents, nous faisons vivre les évènements organisés communs aux JE France et à la JEF Europe : environ 100 interventions Europe à l’Ecole par an, des dizaines d’articles écrits dans le Taurillon, des manifestations de rue pour sensibiliser les citoyens à nos actions.

Mais les Jeunes Européens de Sciences Po Paris font aussi briller les étoiles sur le campus de Sciences Po en organisant des conférences, des ateliers de formation Europe à l’Ecole et Taurillon, ainsi que des soirées conviviales pour échanger sur l’Europe (mais pas seulement) !

Vous pouvez également consulter notre site internet http://www.je-paris.eu/ ou nous contacter à cette adresse afin d’obtenir de plus amples renseignements :

sciences-po@jeunes-europeens.org

Théo Barbe, président ;
Christelle Savall, vice-présidente ;
Arthur Gautier, trésorier ;
Juliette Chévée, secrétaire générale ;


Retour en force !!

24 février 2013, par Jeunes Européens Sciences Po Paris

Après avoir été absents du site depuis 2009, en raison de quelques inconvénients techniques, les Jeunes Européens - Sciences Po reviennent en force en 2013, année européenne des citoyens.

Bien sûr, nous n’avons en aucun cas été inactifs durant ces trois années écoulées ; pour preuve notre page http://www.je-sciences-po.eu/ !

Depuis septembre 2012, le nouveau bureau s’est engagé pour promouvoir l’idée européenne, la diffuser à Sciences Po et passionner toujours plus de personnes. Campés sur nos stands, bravant la fatigue des étudiants avec enthousiasme et conviction, nous avons cette année scolaire organisé des débats et des sorties, écrit sur le site du Taurillon (une vingtaine d’articles !) ainsi que fait entendre notre voix à dix émissions de « La voix des 27 » sur la radio de Sciences Po.

Les conférences et débats organisés ou en préparation sont une fois de plus nombreux cette année. Les sujets comprenaient l’intégration européenne et la jeunesse (le 15 novembre 2012), le budget européen (26 novembre 2012) avec la participation de Renaud Dehousse à un café débat, ainsi que les défis de l’Union Européenne aujourd’hui (11 décembre 2012).

Mardi 26 février se tiendra notre conférence sur les 50 années de l’amitié franco-allemande et ses conséquences sur l’avenir de l’UE. Elle aura lieu en amphithéâtre Boutmy (à Sciences Po) avec comme intervenants Jean-Louis Bianco (ancien Secrétaire Général de l’Elysée), Nicole Fontaine (ancienne Présidente du Parlement Européen) ainsi que Evelyne Gebhardt (députée européenne allemande) ; le tout modéré par Jean-David Levitte (conseiller diplomatique des Présidents Chirac et Sarkozy).

Nous sommes heureux du succès de ces évènements et de la qualité des intervenants qui répondent à chaque fois à nos appels et nous permettent de réaliser des conférences de grande qualité.

Cependant, les JE ce ne sont pas que des conférences. Nous nous engageons également dans le programme « Europe à l’école » dont l’objectif est de faire partager l’idée européenne aux élèves de tous âges ; depuis septembre 2012, nous avons participé à une quarantaine d’interventions en Ile-de-France ! Cet engagement de terrain se reflète également dans notre participation aux actions de la JEF-Europe, comme le 12-12-12 et prochainement, l’action pour dénoncer la dictature en Biélorussie.

Enfin, comme nous avons à coeur de vivre l’expérience de la diversité européenne, et par là l’expérience Erasmus, nous avons eu l’idée d’organiser un pub quiz dans un bar en invitant les étudiants étrangers à se mêler aux étudiant français pour répondre par équipes à des questions de culture générale, lors d’une soirée organisée le 7 février dernier.

En tant que section locale des JE-France, nous tentons jour après jour de gagner des personnes à la cause européenne en leur démontrant par le biais de conférences, débats et soirées que l’Europe ne peut pas se réduire à un système institutionnel à Bruxelles, mais doit être bien plus envisagée comme un courant d’espoir et de solidarité pour l’avenir.