Relevons le défi du président Emmanuel Macron !

Le 26 septembre, le président de la République, Emmanuel Macron, a révélé ses ambitions pour l’Union européenne lors d’un discours fleuve en Sorbonne. Les Jeunes Européens étaient présents et tiennent à saluer certaines annonces du chef de l’Etat.

Les Jeunes Européens, génération de refondateurs de l’Europe, qui militent pour la construction européenne depuis plusieurs décennies, saluent la volonté et la vision d’Emmanuel Macron, qui appelle à une refondation du projet européen. Nous avons retenu quelques unes de ses propositions.

La mobilité pour tous avant 25 ans, une proposition des Jeunes Européens !

Déjà en 2015, les Jeunes Européens - France proposaient une expérience de mobilité pour tous les jeunes de moins de 25 ans. Qu’elle s’opère dans le milieu scolaire ou extrascolaire, cette expérience de mobilité peut prendre différentes formes (mobilité Erasmus, apprentissage, stage, Service volontaire européen, etc.). Chacun doit avoir l’opportunité de profiter de ce bénéfice majeur qu’apporte l’Union européenne à notre génération. C’est ce qu’a souhaité le président de la République, ce mardi, en tablant sur l’objectif d’une mobilité pour la moitié d’une classe d’âge d’ici 2024.

Européaniser les élections européennes : une nécessité !

Emmanuel Macron a réaffirmé son soutien à l’introduction de listes transnationales pour les prochaines élections européennes en 2019 et au principe des Spitzenkandidaten désignés par les partis européens pour la présidence de la Commission. Ce sont des combats historiques de notre mouvement. De même, il souhaite que la moitié du Parlement européen soit issue de ces listes en 2024. Nous saluons cette initiative qui contribuera à européaniser les débats et les enjeux du prochain scrutin européen.

Cependant, il reste encore beaucoup à faire pour créer un véritable espace public européen, propice au débat démocratique et citoyen sur le continent, notamment quand il s’agit de l’encadrement du financement des partis européens, de l’harmonisation des règles de l’élection dans chaque Etat membre et du renforcement de la dimension européenne de la campagne et de ses débats. Nous souhaitons également la création de circonscriptions transfrontalières qui donneront aux députés un ancrage territorial tout en évitant qu’ils portent des intérêts proprement nationaux, alors qu’ils représentent la voix des 500 millions de citoyens européens.

La paralysie de l’Union vient de son fonctionnement. Changeons-le !

Les Jeunes Européens sont favorables à la modification des traités européens actuels dans le but d’améliorer le fonctionnement de l’Union, de la rendre plus démocratique et d’inclure davantage les citoyens aux prises de décisions. Nous approuvons la volonté du chef de l’Etat de réduire le nombre de commissaires pour rendre le fonctionnement de la Commission européenne plus efficace. Nous demandons en plus que les Etats ne nomment plus leurs commissaires, mais que le choix des commissaires soit laissé au président de la Commission, libre de constituer son gouvernement européen en fonction de la majorité parlementaire au Parlement européen.

Nous appelons également à la suppression du Conseil européen, qui brouille aujourd’hui le jeu institutionnel européen et nuit à la légitimité démocratique des autres institutions de l’Union européenne. Il serait également opportun de réformer en profondeur l’Initiative Citoyenne Européenne, instrument de démocratie directe qu’il faut rendre plus accessible.

En réponse à la proposition du chef de l’Etat de tenir des conventions démocratiques, les Jeunes Européens – France rappellent qu’en mars 2017 ils ont organisé la Convention Européenne de la Jeunesse, qui a réuni 150 jeunes de 38 nationalités différentes, qui ont rédigés une constitution citoyenne pour refonder l’Union européenne. Riches de cette expérience, nous demandons que ces conventions démocratiques soient transnationales et participent aux décisions sur la refonte du projet européen. Nous nous engagerons pleinement dans ces débats citoyens.

Oui à une défense commune !

Emmanuel Macron a lancé plusieurs idées sur la défense et la sécurité de l’Union européenne. Nous sommes sensibles à ces propositions, que nous soutenons depuis plusieurs années : la création d’un parquet européen compétent en matière de terrorisme, la création d’une force d’intervention militaire européenne, la création d’une force européenne de protection civile, une coopération accrue en termes de renseignement intérieur. Nous sommes sensibles à l’idée d’ouvrir les rangs de l’armée française à des soldats d’autres Etats membres pour concrétiser la création progressive de cette force d’intervention.

Asile et immigration, la solution est européenne !

Nous sommes également sensibles à la volonté du président de la République de créer un office européen de l’asile. Nous clamons depuis longtemps que la crise migratoire en Méditerranée exige des mesures européennes fortes, coordonnées et solidaires des Etats du Sud de l’Europe. La définition d’une politique d’accueil et d’intégration commune des réfugiés doit s’accompagner de la création de voies légales d’immigration pour lutter contre les réseaux de passeurs. L’Europe doit être à la hauteur de ce défi historique. Nous saluons également la volonté du chef de l’Etat de renforcer le rôle d’un corps de garde-frontières européens pour garantir la libre-circulation dans notre espace commun et le contrôles des frontières extérieures. Nous demandons que ce corps de garde-frontières compte parmi ses missions le sauvetage et l’assistance aux migrants naufragés en Méditerranée.

« Nous sommes sensibles aux propositions du président Emmanuel Macron, qui pose les jalons de la refondation de l’Union. Il faut à présent trouver un consensus européen, prrogresser sur certains points et mettre en oeuvre ces annonces. C’est un défi historique que nous devons relever ! »

Hervé Moritz, président des Jeunes Européens - France