De Bruxelles à Florence, la Convention européenne de la jeunesse comme expérience de renouveau démocratique

La dissémination de la Constitution citoyenne pour l’Europe se poursuit

A Bruxelles, puis à Florence, les Jeunes Européens – France ont présenté les résultats de la Convention européenne de la jeunesse, qui a eu lieu en mars dernier. C’est d’abord au Parlement européen, à Bruxelles, que les Jeunes Européens – France, en étroite collaboration avec la JEF Europe, ont participé à une rencontre avec plusieurs députés européens.

Les ambassadeurs de la Convention à Bruxelles

Dans le cadre de la semaine de la jeunesse, l’eurodéputé Brando Benifei (S&D), membre de l’intergroupe jeune au Parlement européen, a reçu les Jeunes Européens et les ambassadeurs de la Convention européenne de la jeunesse pour deux heures de présentation. Se sont joint à la réunion, Jo Leinen (S&D), député européen et président du Mouvement Européen International, rapporteur sur la loi électorale européenne, l’un des sujets de la constitution de Strasbourg, et Jean Lambert (Verts), députée européenne britannique.

Pour découvrir la Convention et la Constitution citoyenne pour l’Europe : youthconvention.eu.

Hervé Moritz, responsable de la stratégie politique aux Jeunes Européens – France, commente : « Cette expérience, une sorte d’expérimentation de démocratie directe, doit inspirer d’autres conventions, rassemblant les citoyens du continent pour imaginer le futur de l’Europe  ».

Les résultats de cette expérience politique unique ont à la fois impressionné et à la fois déstabilisé les dirigeants interpellés. Si l’Union européenne tend à se concentrer sur des problématiques concrètes, ses institutions et ses représentants ne peuvent glisser les grands défis de notre temps sous le tapis. Résoudre la crise économique et sociale ou la crise migratoire demande une gouvernance renouvelée, efficiente et légitime, capable de prendre des décisions communes fortes selon un processus démocratique transparent. C’est l’objet de la constitution, issue des travaux de la Convention européenne de la jeunesse, qui repense en profondeur la démocratie européenne.

L’expérience de la Convention présentée à l’European University Institute

A l’occasion du « State of the Union 2017 » de l’European University Institute de Florence, les Jeunes Européens – France ont été invités à présenter leur initiative. Réunissant éminents universitaires, doctorants, membres des institutions européennes et responsables politiques, ce colloque fut deux jours durant le lieu de débat sur l’avenir de l’Union.

Si les citoyens délaissent les cadres traditionnels de la politique ou les scrutins, ils éprouvent un regain d’intérêt pour plusieurs sujets de société et créent bien souvent des mouvements d’influence appelant à une plus grande participation des citoyens dans les décisions qui les concernent.

La Convention européenne de la jeunesse a à ce titre fait figure d’exemple. Cette expérimentation politique inédite par son caractère transnationale et indépendant a nourri les débats autour de conventions citoyennes pour relancer le projet européen. Des conventions locales avec des citoyens et des représentants de la société civile qui pourraient inspirer et orienter les politiques européennes en collaboration étroite avec le Parlement européen sur des sujets divers, et répondre ainsi au désir pressant des citoyens du XXIe siècle de prendre part activement à l’élaboration des politiques publiques.
La Convention européenne de la jeunesse a aussi fait l’objet de plusieurs remarques lors de débats universitaires sur le rôle du Parlement européen ou sur l’évolution de la citoyenneté européenne et de l’implication des citoyens dans une démocratie active et participative.

A l’occasion d’un débat sur les enjeux des élections nationales en Europe, et notamment des élections françaises sur l’avenir de l’Europe, Céline Geissmann, vice-présidente des Jeunes Européens – France a dressé un tableau de la situation politique dans l’entre-deux-tours de l’élection présidentielle. Elle a également présenté la Convention comme un moyen de repenser les démocraties européennes, et l’articulation entre démocratie parlementaire et démocratie directe, afin de remettre les citoyens au cœur du projet européen.

« Ce fut important pour nous qu’une organisation de la société civile européenne soit la première à convoquer une convention citoyenne et rassemble un assemblée libre et indépendante de délégués pour écrire cette nouvelle constitution. Nous voulions montrer que l’Europe n’est pas seulement une affaire de bureaucrates, mais notre affaire à tous.  » complète Céline Geissmann, vice-présidente des Jeunes Européens – France.

La Convention comme un exemple de la façon dont on peut relancer le projet européen avec ses citoyens, recréer le lien entre les institutions et les citoyens, inspirera nous l’espérons les travaux des chercheurs de l’Institut de Florence et les dirigeants européens qui s’y sont rassemblés.

Et maintenant ? La dissémination des résultats de la Convention se poursuit et continue d’étendre l’impact du travail de ses membres. Cette semaine, les Jeunes Européens - Strasbourg ont réuni dans leur ville les eurodéputés Mercedes Bresso, Pascal Durand et Mariya Gabriel ainsi que le député de la 1ère circonscription du Bas-Rhin Eric Elkouby pour débattre du projet et de sa conclusion. Le 1er juin, c’est à Paris que les membres de l’association auront le plaisir de présenter les résultats de la Convention.